Top 3 des trucs pour répondre aux questions sans réponse de nos petits!

Top 3 des trucs pour répondre aux questions sans réponse de nos petits!

Top 3 des trucs pour répondre aux questions sans réponse de nos petits!

Par Roxane Bélec

Vous est-il déjà arrivé de rester muet devant votre enfant qui venait tout juste de vous poser une question à laquelle vous ne vous attendiez pas? Je suis certaine que oui! Les enfants ont cette innocence naturelle qui leur permet de questionner les adultes en toute naïveté. Je vous présente ici mon top 3 des trucs pour affronter ces questions qui nous prennent tous au dépourvu.

  1. Les livres

Ah, les livres! C’est une source infinie d’informations et un médium extraordinaire à utiliser avec les enfants, petits et grands! Honnêtement, si les livres n’existaient pas, je ne sais pas comment je ferais pour élever ma progéniture! Chaque fois que notre famille traverse une épreuve de la vie ou que nous nous apprêtons à vivre une nouvelle aventure, je me lance à la bibliothèque! J’y trouve toujours un livre ou un album qui leur explique beaucoup mieux que moi ce que c’est de devenir grande sœur ou pourquoi on peut parfois voir la lune le jour. Que ce soit pour aborder la sexualité à l’adolescence (ou avant!), le thème de la mort ou simplement pour se préparer aux premières vacances en camping, le livre est vraiment un outil de choix pour éclairer nos enfants dans tous leurs questionnements.

  1. Questionner l’enfant sur sa question.

Premièrement, ça permet de gagner du temps pour réfléchir! Deuxièmement, il est intéressant de savoir d’où vient cette question. Est-ce que l’enfant en a parlé avec ses amis à l’école? Est-ce le thème de la semaine à la garderie? Peut-être que le petit a surpris un conversation d’adultes et qu’il n’a pas saisi tout le sens de celle-ci? Allez-y, questionnez vos enfants! Vous en apprendrez peut-être beaucoup plus sur eux et pourrez répondre à la vraie question qui se cache derrière les mots.

  1. Demander du temps à l’enfant.

Ma fille de deux ans et demi est à l’âge où elle commence à identifier les liens de parenté. Elle trouve très rigolo que son papi soit le papa de sa maman et que grand-maman Renée soit la maman de son papa! Quand elle m’a demandé qui était ma maman, je suis restée silencieuse quelques instants avant de lui expliquer que ma mère était décédée. S’en est suivi une infinité de questions… auxquelles je ne savais trop quoi répondre. Comment on parle de la mort à un enfant de deux ans? J’ai alors expliqué à Clémentine qu’il me fallait du temps et qu’on en parlerait plus tard, parce que je ne savais pas comment lui répondre. Après quelques recherches sur le web, j’ai pu trouver les bons mots pour expliquer à Clémentine où était ma mère et que ça ait du sens pour elle. Mieux vaut faire attendre un peu l’enfant et s’informer que de lui répondre n’importe quoi, non?

« Il est beaucoup plus facile pour un philosophe d’expliquer un nouveau concept à un autre philosophe qu’à un enfant. Pourquoi? Parce que l’enfant pose les vraies questions ».
–Jean-Paul Sartre