Quand ranger rime avec bonheur

Quand ranger rime avec bonheur

Bhuta Yoga – Jan/Fev 2018

Quand ranger rime avec bonheur

Par Roxane Bélec

En avril, la fièvre du printemps s’est emparée de moi. Je n’en pouvais plus de voir tout trainer, s’empiler, s’accumuler et prendre la poussière. Trop, c’est trop que je me suis dit. Je me sentais alors envahie par un besoin de nettoyer, de vider, de jeter pour enfin respirer. Puis, j’en suis arrivée à ce constat : je pense que vivre avec juste ce qu’il faut me rendrait plus heureuse.

L’heure était au grand ménage! J’ai essayé d’imaginer une stratégie efficace sans vraiment réussir à choisir par où commencer : les jouets des enfants, les vieux t‑shirts du secondaire de l’amoureux ou bien mes six boites de livres universitaires que je garde (sans jamais les ouvrir) depuis mes cinq derniers déménagements? Il faut savoir que je ne suis pas tout à fait experte de l’organisation d’espace de vie. Juste d’y penser, j’ai le tournis! Chez nous, c’est super propre, mais il ne faut pas que mes invités ouvrent la pharmacie de la salle de bain ou fassent un tour dans la salle de lavage. Donc j’ai fait comme à peu près tout le monde de ma génération qui a une question sans réponse. Je suis allée sur Google et j’ai tapé « par quoi commencer pour organiser une maison ».

Mes recherches m’ont menée à l’auteure Marie Kondo, une Japonaise experte en organisation d’espace de vie. Son livre « Le pouvoir étonnant du rangement » est un guide qui explique comment procéder pour se départir de l’inutile et conserver seulement ce qui importe. En plus d’offrir les techniques nécessaires pour ranger efficacement ce qu’on veut conserver dans la maison, l’auteure soutient qu’en suivant la méthode Konmari, plus jamais la maison ne sera en désordre. De surcroit, Marie Kondo affirme que ceux qui mettront en application sa technique seront plus heureux, plus efficaces et atteindront plus facilement leurs objectifs de vie. Il ne m’en fallait pas plus pour me convaincre. Je me suis donc précipitée à la librairie pour me le procurer.

Au fil de ma lecture, j’ai compris pourquoi toutes mes tentatives de mettre de l’ordre avaient échouées. Selon Kondo, faire du rangement pièce par pièce ne mène pas à avoir une maison bien rangée puisqu’on court le risque de seulement déplacer le fouillis ailleurs. Pour y arriver une fois pour toutes, il faut d’abord trier une catégorie d’items à la fois (vêtements, papiers, articles variés). Pour savoir si l’on garde, on doit répondre par l’affirmative à cette question : l’objet me met-il en joie? Si la réponse est non, on jette! D’ailleurs, Kondo suggère de jeter immédiatement les items qu’on ne veut pas garder. À mon sens, il est inimaginable de mettre à la poubelle des articles encore fonctionnels. J’ai donc décidé de les donner à des organismes de Terrebonne et Mascouche pour qu’ils puissent avoir une seconde vie.

Une fois la maison épurée de ce qui n’est plus utile, l’heure est au rangement. Chaque item doit avoir sa place, à défaut de quoi il doit être jeté. Ce processus peut prendre jusqu’à six mois et l’auteure insiste sur le fait que c’est un investissement de temps qui durera toute la vie.   

Enfin, pour s’exécuter dans cette grande purification, il importe d’être dans le bon état d’esprit. De mon côté, la simple lecture du livre m’a enflammée. Toutefois, comme nous sommes une famille et que plusieurs décisions se prennent en couple, j’ai fortement suggéré à l’amoureux d’en faire la lecture pour ne pas le traumatiser et pour avoir son support. En attendant, je visualise les futurs résultats et je n’en peux plus d’attendre. Je crois même pouvoir m’attaquer aux vêtements dans les semaines qui viennent.

Bon ménage à tous!

MARIE KONDO. Le pouvoir étonnant du rangement, désencombrer sa maison pour alléger sa vie, Les Éditions de l’homme, 240 pages.

« Ranger est un moyen de faire le point sur ce que nous aimons vraiment. »
– Marie Kondo