Publicité archaïque

Publicité archaïque

Bhuta Yoga – Jan/Fev 2018

Publicité archaïque

Par Dany Lavigne

Il y a quelques années, j’avais eu la chance de visiter les installations de Tricentris à Terrebonne. C’est là, à l’intérieur de ce bâtiment certifié LEED, que se retrouve le contenu de nos bacs bleus. J’avais été impressionné par le travail des employés qui doivent trier une quantité impressionnante de plastique, de métal, de verre, de papier et de carton.

Même s’il est une activité nécessaire dans nos sociétés, le recyclage n’est pas aussi écologique qu’on le croit. Il implique une dépense d’énergie (pour la transformation) et des émissions de gaz à effet de serre (pour le transport). Comme le suggère la spécialiste du zéro déchet, Béa Johnson, avant de recycler il faudrait voir si l’on ne peut pas refuser, réduire ou réutiliser.

Malheureusement, certaines choses nous sont remises sans nous demander notre avis. Je pense au Publisac, ce sac en plastique rempli de circulaires qui est distribué dans tous les foyers chaque semaine. En 2017, n’y a-t-il pas des façons plus vertes pour rejoindre les consommateurs potentiels? Autre exemple : les offres alléchantes que Bell m’envoie chaque mois par la poste. Il s’agit de la même compagnie qui encourage ses clients à opter pour la facturation électronique afin de sauver les forêts. Bravo pour la cohérence!

On me répliquera qu’il est paradoxal de s’indigner contre le gaspillage de papier dans une revue tirée à 5 000 exemplaires. Si un format en papier permet à un périodique de rejoindre plus de lecteurs, je ne vois pas le problème, surtout lorsque sa mission est d’intéresser les gens à l’actualité de nos villes et de promouvoir l’achat local. (En passant, je vous encourage à donner votre Espion de Quartier au suivant quand vous en avez terminé plutôt que de le mettre au recyclage!)

Il serait temps que les géants du commerce qui impriment des tonnes de dépliants procèdent à un examen de conscience. Ne pourraient-ils pas laisser leurs clients aller feuilleter les aubaines en ligne tout simplement? Ils perdraient peut-être quelques ventes, mais gagneraient en crédibilité.

Si vous ne souhaitez plus recevoir de Publisac, écrivez à publisac@tc.tc. On vous enverra un pictogramme par la poste. Je viens tout juste d’en coller un sur ma boîte aux lettres!

« Lorsqu’on accepte passivement un prospectus publicitaire, un arbre est abattu quelque part dans le monde pour en fabriquer d’autres, et l’on gaspille son temps à s’occuper de quelque chose de totalement inutile et à le recycler. »
— Béa Johnson