L’alimentation locale : des Moulinois inspirants

L’alimentation locale : des Moulinois inspirants

L’alimentation locale : des Moulinois inspirants

Par Roxane Bélec

Manger local, c’est encourager des producteurs de chez nous, c’est s’assurer de la fraicheur et de la qualité des aliments que l’on mange et c’est aussi découvrir plein de nouveaux produits pour le plaisir de nos papilles. Quand la belle saison approche, je me réjouis toujours de l’arrivée des bons fruits et légumes de chez nous. Je partage ce petit bonheur avec les enfants et cela ne se passe pas seulement devant nos assiettes. 

Lorsque nous allons faire notre marché dans les épiceries à grande surface, nous sommes loin de pouvoir nous imaginer tout le chemin qu’ont parcouru les aliments que nous achetons. En moyenne, ceux-ci font près de 2500 km pour se rendre à nos tables. Pas étonnant que la fraicheur en prenne un coup, sans compter toute la pollution que cela engendre. Sensible à ces enjeux économiques et écologiques, j’étais ravie d’apprendre que la Société de développement et d’animation de Mascouche (SODAM) présente pour une neuvième année consécutive ses Marchés Desjardins moulinois. Cette année, le coup d’envoi sera donné le 8 juillet. Tous les samedis à l’Île-des-Moulins à Terrebonne et tous les dimanches sur le site de l’hôtel de ville à Mascouche, de 10 h à 14 h 30, nous pourrons profiter de ces marchés qui abriteront plus de 30 exposants de la région.

Ces exposants, ils sont selon moi ce qui a de plus beau dans l’expérience de manger local. C’est grâce à leur travail quotidien que nous pouvons profiter de toutes les saveurs que nous offre notre belle région lanaudoise. De plus, en visitant les marchés, nous avons la chance d’aller à la rencontre de ces producteurs locaux et de créer des liens avec eux. Ces derniers adorent prendre le temps de présenter leurs produits. Je suis toujours heureuse de voir un fermier expliquer comment poussent ses carottes à ma fille de trois ans, mystifiée par la magie de la nature. Aussi, c’est un moyen super efficace de faire prendre conscience aux enfants que la nourriture qu’ils mangent est le fruit de durs labeurs. Au marché, les exposants nous présentent leurs produits avec amour, nous les font toucher et souvent goûter! Les plus difficiles y trouveront peut-être même l’envie d’essayer des aliments qu’ils n’ont pas l’habitude de manger.

Lorsque nous visitons les marchés en famille, nous prenons le temps de faire toutes les dégustations! À l’Île-des-Moulins, comme nous pouvons facilement manger sur place, nous en profitons pour faire un pique-nique. En faisant nos achats dans trois ou quatre kiosques, nous sommes assurés d’avoir tout un festin! En plus, cela fait une sortie éducative et gourmande à la fois! Au marché de Mascouche, comme le stationnement est plus accessible, nous y allons pour faire les gros achats de la semaine. Aussi, chaque weekend est une opportunité de découvrir des nouveautés puisque plusieurs exposants se renouvèlent d’un marché à l’autre. Cette année, un chef cuisinier sera présent au marché de Terrebonne. Sans pouvoir en dire plus, je parie que ce dernier saura nous faire découvrir les saveurs lanaudoises dans toute leur splendeur.

Pour une troisième année, il sera possible de se procurer le passeport des marchés qui permettra d’obtenir certains rabais et des gratuités, en plus d’offrir une participation au tirage d’un panier cadeau à la fin de la saison. La COOP des marchés sera aussi sur place pour vous permettre de découvrir une panoplie de produits lanaudois provenant de producteurs qui ne peuvent avoir leur propre kiosque. Si vous n’êtes jamais allés visiter les Marchés Desjardins moulinois, sachez que vous ne serez pas laissés pour compte, car une équipe est toujours sur place pour vous guider et répondre à vos questions. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site web de la SODAM au www.sodam.qc.ca/marche. Vous pouvez aussi aimer la page Facebook Marchés Desjardins moulinois. Alors, on se croise au marché avec les enfants? N’oubliez pas vos sacs réutilisables!

« De toutes les passions, la seule vraiment respectable me paraît être la gourmandise. »
Guy de Maupassant, Amoureux et primeurs, 1881