Caroline Mercier, entrepreneure passionnée

Caroline Mercier, entrepreneure passionnée

 

Caroline Mercier, entrepreneure passionnée

Par Martin Théorêt

Voilà une sphère de l’entrepreneuriat que je n’avais jamais explorée. Caroline est copropriétaire du salon de coiffure mixte avec coin spécialisé pour hommes DIOPAZ ESPACE COIFFURE, situé Terrebonne Ouest. Derrière Diopaz se cache une longue histoire de cœur et d’amitié, et c’est cette même histoire que Caroline a généreusement accepté de me livrer, à l’intérieur même de ses locaux ultramodernes, spacieux et lumineux. C’est bien l’impression que j’ai eue en franchissant la porte du salon. Ce n’est pas du tout le lieu de coiffure classique et générique, il y a une ambiance particulière qui règne à cet endroit, un je-ne-sais-quoi qui vous donne l’impression d’être à la maison, d’être confortables et surtout pas intimidés par la grandeur des locaux. Je dois d’ailleurs donner ce point à Caroline et son associée Nancy Tremblay, elles ont la touche pour la coiffure et l’œil pour le design!

Caroline est dans le domaine de la coiffure depuis ses 18 ans. Aujourd’hui, elle est toujours aussi amoureuse de son métier, autant qu’à ses débuts. Elle me confie d’ailleurs qu’elle préfère encore et toujours servir ses clients (son coup de cœur!) en plus de voir à la gestion de son entreprise, tâche qu’elle exécute avec l’aide et la collaboration de son associée Nancy.

Dès le démarrage de sa carrière, la jeune Caroline utilise ses premiers ciseaux à Terrebonne, au Salon Gascon. Deux ans et demi plus tard, en 1991, le premier salon Diopaz ouvre ses portes, fondé par cinq partenaires, dont Caroline et Nancy. Cette aventure ne plait pas à tous et toutes alors que certains et certaines souhaitaient des changements personnels. Ainsi, progressivement, le partenariat évolue jusqu’à ce que les rênes ne soient tenues que par les deux grandes amies que je rencontre aujourd’hui.

Seules face à une clientèle grandissante, elles prennent alors plusieurs décisions importantes, dont l’embauche d’employés salariés, ainsi que le déménagement du premier Diopaz à un endroit stratégique, soit dans un bâtiment vitré et bien exposé, au coin des chemins des Anglais et Gascon, et l’ouverture d’un deuxième Diopaz, toujours sur le chemin Gascon, à la hauteur de Pincourt. Elles enchaînent alors les années de cette façon, offrant encore et toujours un service d’une qualité exceptionnelle à leurs clientes et clients, développant leur entreprise principalement à l’aide du bouche-à-oreille et misant sur l’attention qu’elles portent à leur travail plutôt que sur le marketing et la publicité. Il faut croire que cette recette fait leur succès puisqu’elles font toujours des affaires aujourd’hui et l’entreprise fonctionne très bien, étant d’ailleurs à la recherche de nouveaux talents!

Avant par contre d’aborder la question du personnel et de l’équipe, je demande à Caroline comment et pourquoi la décision fut prise de quitter les deux locaux des Diopaz 1 et 2 et d’effectuer un déménagement/rassemblement au nouvel endroit, dans un bâtiment neuf. Elle me répond qu’il y a deux éléments à la base de ce déménagement. Premièrement, l’équipe a reçu, il y a quelques années, un avis du propriétaire les avertissant que les locaux occupés par le salon au coin des chemins des Anglais et Gascon allaient être démolis pour faire place à un nouveau développement, forçant en quelque sorte le déménagement, et aussi parce que, au fil des années, le besoin s’était fait sentir d’installer l’équipe et le matériel dans un espace plus moderne. Également, Caroline souhaitait ajouter une touche unique au salon en lui greffant une authentique chaise de barbier et la configuration à deux salons était moins appropriée pour laisser libre cours à cette superbe idée. Le tout offrait alors l’opportunité de créer un aménagement qui serait laissé à leur entière discrétion, éliminant du coup l’importante contrainte de devoir adapter des locaux existants à sa vision, leur vision.

Les travaux d’aménagement ont ainsi été réalisés sous la supervision des deux associées, de même que tout le travail préconstruction, tels que la signature du bail, l’obtention du prêt à la banque et l’embauche des entrepreneurs. Le regroupement des deux salons en un seul a permis aussi un gain d’efficacité et de productivité pour l’ensemble de l’équipe, tant du point de vue de l’exécution que de la gestion. En étant sous le même toit, Caroline pouvait alors partager certaines tâches administratives pour être davantage présente sur le plancher, et Nancy, s’occuper plus amplement de la gestion de leur entreprise, tâche qu’elle aime exécuter de façon professionnelle et rigoureuse. Ce partage peut sembler questionnable pour toute personne, mais il est à la source même du succès de la longue relation d’amitié et d’affaires entre les deux amies. Partage, mais aussi confiance mutuelle, entraide et respect. Voilà comment Caroline résume les valeurs qui l’unissent à Nancy, mais elle insiste aussi et ajoute que le « laisser-aller » est probablement encore plus important que tout le reste. Je ne peux faire autrement qu’être entièrement en accord.

En entreprise et, surtout, en association, il faut savoir laisser aller. Faire confiance à l’autre, ne pas s’empêtrer dans les détails, apprendre à renoncer à certains petits éléments (pour ne pas écrire caprices!) et ainsi déléguer la prise de décision relativement à des points non cruciaux pour l’entreprise, générant alors efficacité et synergie essentielles à la bonne santé d’un partenariat. Il est important d’être au courant de ce qui se passe dans l’entreprise sans pour autant devoir réviser chaque lettre et chaque mot écrit par son associé/associée. Cette façon de faire, ajoute Caroline, a aussi permis d’établir un climat de bonne humeur entre elle et Nancy, leur amitié s’en est trouvée que renforcée, elles qui passent d’ailleurs régulièrement du temps ensemble, à l’extérieur du travail.

Depuis avril 2015, l’équipe réalise ainsi son travail au nouveau Salon Diopaz. Le nouvel emplacement a aussi permis un apport de nouvelle clientèle, sans effort publicitaire, misant uniquement sur l’approche familiale exécutée par l’équipe. Cette équipe, dont la moyenne d’âge des employées se situe entre 24 et 35 ans., c’est d’ailleurs 11 employées en coiffure, une assistante-réceptionniste et nos deux associées. Parallèlement à ces personnes, une spécialiste en esthétique et une spécialiste en microblending s’ajoutent et Caroline lance un avis de recherche pour une spécialiste en pose d’ongles et manucure. Passez le mot! L’idée est de regrouper un maximum de services sous le même toit. On y offre des services de pose de rallonges, de coiffure complète, tant pour les hommes que les femmes et les enfants, de teintures, de mèches, de traitement de renforcement du cheveu (apport de vitamines permettant de nourrir un cheveu faible/sur le point de tomber), de métamorphoses et de coupes stylées. Elles offrent aussi de nombreux conseils adaptés en fonction de votre cheveu et votre allure naturelle.

Caroline ajoute qu’il est important pour l’équipe et son entreprise de continuellement se tenir à jour au niveau des techniques et produits de coiffure. Ainsi, elle offre à ses employées une formation par an, investissement qu’elle me confirme être payant puisque la satisfaction de la clientèle est constamment au rendez-vous. Il est important de se tenir à jour pour l’exécution, mais aussi pour la gestion et les deux associées ne négligent pas ce point non plus. Elles viennent tout juste de terminer une formation de six semaines avec une spécialiste en gestion des ressources humaines afin de recevoir de précieux et utiles conseils et avis sur la façon dont elles s’occupent de leur entreprise et de leurs employées. Même lorsque l’on est patronne, il faut constamment s’améliorer!

Lorsque je discute avenir avec Caroline et Nancy, elles me soulignent qu’elles aimeraient pouvoir se retirer d’ici les huit prochaines années via la vente de leur entreprise à leurs employées. Caroline ajoute qu’elle ne songe pas à la retraite, mais plutôt à retirer les fruits de son travail et continuer à faire de la coiffure. Les associées œuvrent maintenant à former une relève et donnent encore aujourd’hui le meilleur d’elles-mêmes tout en étant à la recherche de la perle rare qui partagera cette histoire de passion qu’est devenue Diopaz.

Vous pouvez rencontrer Caroline et Nancy au 2875, boulevard de la Pinière, à Terrebonne. Vous pouvez également visiter leur site web au www.coiffure-diopaz.com ou encore les joindre par téléphone au 450 964-2622.