Brasserie Mille Îles : une bière locale à ambitions nationales

Brasserie Mille Îles : une bière locale à ambitions nationales

Brasserie Mille Îles : une bière locale à ambitions nationales

Par Martin Théorêt

Pour le 10e numéro de L’Espion de Quartier, j’ai décidé de vous présenter les entrepreneurs derrière un produit que j’affectionne particulièrement, la bière, mais pas n’importe laquelle, la bière de micro-brasserie. Notre région compte effectivement quelques brasseurs (et je l’ignorais jusqu’à tout récemment!) qui gagnent à être connus. Maxime Lapointe, cofondateur de Brasserie Mille Îles, a généreusement accepté de me rencontrer pour me parler de lui, de ses trois associés et de sa belle entreprise qu’ils viennent tout juste de lancer.

À mon arrivée aux locaux de Brasserie Mille Îles, j’ai été saisi par la propreté des lieux. Lorsque l’on pense à « fabrication artisanale » on s’imagine la plupart du temps un contexte familial, un sous-sol de maison, des outils dépareillés et des installations aménagées au gré du temps sans parfaite cohésion. À ma grande surprise, mes yeux se sont plutôt posés sur un endroit immaculé, à la fine pointe de la technologie, où les murs sentent encore pratiquement la peinture fraîche.

Il faut dire que la brasserie n’a été fondée que tout récemment par, de gauche à droite sur la photo, Serge Arsenault, Maxime, son frère Étienne et Pascal Arsenault. Par fondation, Maxime me réfère à la date où l’établissement a reçu son permis d’opération officiel. Lorsque je vous mentionne que c’est tout récemment, on parle littéralement de décembre 2016 pour le permis et la livraison des premières bières au début de janvier de la présente année. Malgré son très jeune âge, ce projet a germé initialement dans la tête des frères Lapointe il y a plus de trois ans.

Avant même de songer un jour à démarrer leur propre entreprise, les deux Moulinois évoluaient bien différemment. C’est toutefois l’hétérogénéité de leur parcours qui accordera plus tard leur collaboration au sein de la Brasserie Mille Îles, l’un étant un spécialiste du terrain alors que l’autre se spécialise plutôt dans la gestion et l’administration. De fait, Étienne se passionne pour la bière et, plus particulièrement, la fabrication et la création de bières depuis qu’il a l`âge légal d’en déguster. À ses débuts, il s’improvise brasseur avec une trousse maison, mais pousse la note légèrement plus haute en peaufinant sa méthode et en l’enrichissant à coups de lectures, d’analyses et d’études poussées en la matière. Le tout devient d’autant plus sérieux lorsqu’il décroche un stage à la Microbrasserie des Beaux-Prés, étant pour la première fois en contact avec un environnement où le volume est largement plus important comparativement à ce à quoi il était habitué jusqu’alors. Loin d’y terminer son cheminement, il passa par la suite dans les rangs de l’entreprise Brasseurs Illimités jusqu’à ce que se fasse sentir le besoin d’autonomie et de liberté.

Maxime, de son côté, s’enrichit plutôt d’expériences dans le monde de la gestion. Ses études sont orientées dans ce domaine et il en va de même pour ses expériences professionnelles. Depuis toujours, par contre, il a le souhait d’être son propre patron et de développer sans contraintes en étant maître du jeu, tout ceci alors qu’il occupe un emploi au sein d’un grossiste en alimentation à Terrebonne.

Fin 2014, les circonstances font en sorte que Maxime et Étienne commencent à discuter officieusement du projet, ils occupent chacun un emploi à temps plein, mais ceci ne les arrête pas et ils souhaitent plus que tout foncer et développer leur belle idée. Les trois années suivantes sont ainsi consacrées à l’élaboration de leur volumineux plan d’affaires, le choix du nom de la Brasserie, le design, la mise en marché, le choix d’un local, l’ajout de partenaires et la recherche de financement. À leur fort mérite, ils accomplissent seuls toutes les étapes préalables exception faite de l’aide apportée par le CLDEM relativement aux projections financières. La dernière étape qu’ils accomplissent, mi-2016, est la construction et l’aménagement intérieur de l’emplacement qu’ils occuperont.

Riches de leurs expériences, Maxime et Étienne peuvent enfin brasser leur bière. Cette brasserie bien de chez nous est aujourd’hui fière d’offrir un produit que les jeunes propriétaires qualifient d’excellente qualité. Ce n’est pas par hasard d’ailleurs qu’ils ont pignon sur rue à Terrebonne, car l’eau y serait de très haute qualité, notamment pour la fabrication de bières. « Nous offrons des produits avec des styles classiques, fidèles aux traditions de brassage afin d’en faire des produits de référence pour aider la transition chez les nouveaux consommateurs de produits de microbrasserie. Autrement dit, nous créons une sorte de porte d’accès vers des produits plus artisanaux » me confie Maxime.

On retrouve aujourd’hui le fruit de leurs efforts dans plus de 40 points de vente, de Terrebonne à Drummondville en passant par Trois-Rivières, et la liste ne cesse de s’allonger. Au risque de me répéter, on parle ici d’une entreprise qui était orpheline de locaux opérationnels il n’y a pas plus de deux mois! Les jeunes brasseurs sont eux-mêmes surpris par le cours des évènements, étant au-devant de leurs projections. Je parie que la qualité de leur produit y est pour quelque chose et, à ce sujet, je laisse Maxime s’exprimer librement et vous présenter ses trois produits phares :

« Notre IPA américaine subit un généreux houblonnage à froid et aucune filtration, ce qui lui permet de nous offrir le meilleur potentiel aromatique. Sous son aspect voilé, elle dégage des arômes d’agrumes ainsi que des effluves de fruits tropicaux. Elle offre des saveurs de pamplemousse avec une touche de conifère qui s’évadent sur une finale légèrement amère et balancée par une touche de blé. Elle titre 6,1 % d’alcool au volume, 57 IBU et un rapport de 0,92 BU:GU.

Nous brassons également notre première bière de notre série inspirée des traditions belges, la Blonde Belge! Dans le but de respecter leurs traditions brassicoles, cette blonde belge subit une deuxième fermentation en bouteille. C’est ce qui lui confère de fines bulles et qui contribue à la complexité de la bière. Celle-ci allie parfaitement les arômes typiques de levure belge avec un profil houblonné épicé et des saveurs de céréales maltées. Son corps soyeux, qui s’estompe sur une finale sèche, démontre un bel exemple de complexité et de subtilité. Elle titre 7 % d’alcool au volume, 35 IBU et un rapport de 0,6 BU:GU.

Finalement, voici la description de notre dernier produit, la Best Bitter, première bière de notre série anglaise! Non filtrée, comme tous nos autres produits, elle est savoureuse et rafraîchissante. La Best Bitter offre un parfait équilibre entre l’amertume des houblons et la rondeur des malts anglais. Elle présente des arômes grillés et une touche de houblon floral. Elle titre 4,4 % d’alcool au volume, 32 IBU et un rapport de 0,07 BU:GU. »

Maxime, Étienne et toute l’équipe de Brasserie Mille Îles ont le regard haut et droit vers l’avenir. Trois nouvelles bières sont en cours de conception, la structure est en place, les projections sont claires et l’espace pour grossir est déjà rigoureusement planifié. L’objectif est clair : conquérir le Québec en entier, une bouteille à la fois.

Vous avez l’eau à la bouche? La liste de tous les points de vente des excellentes bières de Brasserie Mille Îles se retrouve sur leur site Web que vous pouvez visiter au www.brasseriemilleiles.com. Maxime vous invite également à aimer la page Facebook de la brasserie pour rester informé des toutes dernières nouvelles, de même que la date exacte du lancement de leurs prochains produits.