Caisse Desjardins de Terrebonne

Caisse Desjardins de Terrebonne

– Entrevue avec M. André Shatskoff, directeur général –

On ne pourrait parler d’entreprenariat collectif sans mettre de l’avant l’un des piliers fondateurs qui en a permis le déploiement partout au Québec; les Caisses populaires Desjardins.  

Cet établissement financier coopératif est ancré dans l’histoire économique de la province et teinte sa renommée à l’international. Desjardins faisait d’ailleurs partie du top cinq des banques les plus solides du monde en 2015 (Les affaires 2015) et occupait en 2017 la 34e place du palmarès mondial du magazine Global Finance. « On choisit Desjardins pour la qualité de ses services, pour la sécurité et la démocratisation du capital et pour mobiliser des gens autour du bien commun. » propose M. Shatskoff pour répondre aux exigences et aux impératifs du marché mondial d’une façon plus solidaire.

Shatskoff est clair à cet égard : les valeurs humaines et l’intercoopération portées par le Mouvement Desjardins ne changent pas, que les services soient offerts à une entreprise internationale, à une PME ou à un particulier. « Chez Desjardins, on souhaite que l’ensemble des citoyens aient accès à des services spécialisés de finances, que ce soit universel et démocratisé pour tous; c’est ça être une coopérative.».

Être membre des Caisses, c’est en être propriétaire (Alphonse Desjardins)

Adage porté par le fondateur des Caisses, cette notion s’actualise-t-elle toujours et si oui, de quelle façon?

Selon M. Shatskoff, le principe même d’une coopérative comme Desjardins est de démocratiser la richesse. « Si demain matin, la Caisse devait fermer, la richesse collective créée par celle-ci serait redistribuée à l’ensemble de ses membres. ». Cette situation évidemment non-souhaitable  démontre bien à quel point l’avoir de la Caisse, comme celui de toute coopérative, revient légalement et de plein droit à l’ensemble de ses membres, et n’est pas entre les mains d’un ou d’actionnaires particuliers comme c’est le cas avec une entreprise privée.

De plus, chaque membre de Desjardins doit payer sa part sociale, comme c’est la norme pour toute coopérative au Québec.  Puis, 90 jours suivant l’adhésion, tous les membres peuvent déposer leur candidature aux postes disponibles annuellement sur le conseil d’administration de leur Caisse locale, afin de participer à la gestion de l’institution.  Candidatures qui seront ensuite votées par l’Assemblée générale annuelle où les membres peuvent aussi exprimer leurs souhaits pour la coopérative.

Le principe des ristournes

Comme chaque coopérative, la Caisse redistribue et réinvestie ses surplus auprès de ses membres, par le biais de différents moyens. L’an dernier, c’est près d’un million de dollars qui ont été réinvestis dans le milieu par la Caisse de Terrebonne.

La première façon est de bonifier et de diversifier l’offre aux membres, et ce, en offrant les meilleurs services aux meilleurs coûts possibles. Par exemple, on peut penser à  l’ajout de produits et services, la présentation gratuite d’ateliers, etc.

La deuxième option est de redonner financièrement aux membres : par un pourcentage de retour sur les intérêts payés sur les prêts ou en augmentant les revenus des placements pour en maximiser leur rendement.

La troisième implication de la Caisse de Terrebonne est d’agir comme acteur socioéconomique en octroyant des dons et des commandites pour appuyer certaines causes sociales. Annuellement, ce sont près de 250 000$ qui sont déployés via le Fonds d’aide au développement des communautés comme leviers pour ce type d’initiatives. Par exemple, le Relais pour la vie, la Commission scolaire des Affluents, la Société de développement culturel de Terrebonne et les Œuvres Galilée, ont pu bénéficier de l’aide de Desjardins dans l’actualisation de projets visant le mieux-être collectif.

Les défis

La création d’emplois locaux reste une préoccupation et un enjeu important dans la région.  M. Shatskoff, en lien avec de nombreux acteurs économiques de la MRC, remarque à quel point les entreprises d’économie sociale offrent une alternative gagnante pour déployer des emplois stables, diversifiés, durables et concurrentiels afin de retenir la main d’œuvre au niveau local. « Si l’on veut une région forte, il faut développer des créneaux d’emploi diversifiés pour conserver nos jeunes travailleurs, nos familles et nos entreprises dans la MRC. ».

Face aux défis locaux et mondiaux en termes d’économie, la solidarité reste, pour M. Shatskoff, la solution inévitable pour un développement durable de nos communautés.

Pour obtenir les services de la Caisses Desjardins de Terrebonne :

1 855 880-3735

https://www.desjardins.com/fr/votre_caisse/accueil.jsp?transit=8153032