Bye-Bye sacs en plastique

Bye-Bye sacs en plastique

Par Dany Lavigne

Je profite souvent de ce blogue pour faire des suggestions à nos élus. Cette fois, j’aimerais plutôt saluer une décision prise par l’un d’eux, mon maire Guillaume Tremblay. Celui-ci a annoncé que les sacs de plastique à usage unique seraient bannis du territoire mascouchois à compter du 22 avril prochain.

Il fallait un certain courage politique de la part de M. Tremblay pour interdire les sacs de plastique. En février 2016, une décision similaire de la Ville de Montréal avait été qualifiée de « stupide » par le président de l’Association des détaillants en alimentation du Québec (ADA), M. Florent Gravel. Ce dernier déplore que la plupart des personnes ne lavent pas leurs sacs réutilisables, ce qui pose des problèmes d’hygiène.

Autrement dit, le président de l’ADA sous-entend que les gens sont trop idiots pour faire un bon usage des sacs réutilisables, et donc qu’il faut les protéger d’eux-mêmes. À mon sens, ce genre d’argument paternaliste s’invalide lui-même.

Certains pourraient aussi souligner que les sacs de plastique sont très pratiques. Moi-même, j’avoue en accepter à l’occasion lorsque je magasine. D’ailleurs, malgré qu’ils soient prévus pour un usage unique, rien n’empêche de réutiliser des sacs de plastique, par exemple pour protéger des livres dans un sac à dos.

Même si leurs avantages sont indéniables, ils demeurent bien minces en comparaison aux nombreux inconvénients pour l’environnement. Le site de la Communauté métropolitaine de Montréal est très éclairant à ce sujet. On y apprend qu’entre 1,4 et 2,7 milliards de sacs d’emplettes sont distribués chaque année au Québec et qu’ils peuvent prendre jusqu’à 1 000 ans pour se décomposer. De plus, les sacs de plastique perdus ont des impacts importants sur les écosystèmes terrestres et marins : « Les particules de plastique ingérées par la faune entrent dans la chaîne alimentaire océanique, dont l’humain fait partie. »[1]

Certains commerces n’ont pas attendu la loi pour passer à l’action. C’est le cas de la SAQ qui a banni les sacs de plastique depuis le 1er janvier 2009. L’éco-boutique Un Monde à Vie à Mascouche est allée encore plus loin en cessant de vendre des sacs réutilisables « classiques » qui ont connu une véritable prolifération au cours des dernières années. Par contre, il est possible de s’y procurer des petits sacs réutilisables pour les fruits et légumes en vrac, dont ceux de la compagnie SAKSAC qui sont confectionnés à la main au Québec.

À Brossard, les sacs de plastique à usage unique sont interdits depuis septembre 2016. Une campagne de communication efficace a permis aux citoyens et aux commerçants de s’adapter à la nouvelle mesure progressivement. Il n’y a aucune raison pour Mascouche ne connaisse pas un succès similaire!

« Je me sens comme un sac en plastique/ Qui vole au vent »
– Katerine

[1] http://cmm.qc.ca/champs-intervention/environnement/dossiers-en-environnement/sacs-de-plastique-a-usage-unique/bannir-sacs/#problematique (page consultée le 9 octobre 2017).